Dans "le duel du tunnel sous la Manche", "Alstom déterre la hache de guerre" [Note1]

Sur ce blog, j’ai évoqué il y a quelques jours la décision d’Eurostar de confier à Siemens un contrat de 600 millions d’euros pour la fourniture de dix nouvelles rames ultra modernes, plus grandes et plus rapides, pour rallier Londres à Cologne, Amsterdam ou Marseille dès 2014 [Note2].

J’avais expliqué également que cette décision, qui concordait avec l’ouverture de la concurrence et la disparition du monopole de la SNCF, avait suscité une réaction musclée du Secrétaire d’Etat aux transports française, Dominique Bussereau.

Suite à la déclaration du gouvernement français et la stratégie juridique consistant à prétendre que le contrat était « nul et non avenu » car le train de Siemens ne répondait pas aux normes de sécurité, Alstom reprend la main et utilise cette fois la stratégie judiciaire pour arriver à ses fins, en demandant la suspension de l’appel d’offre devant la High Court of Justice de Londres. L’argument sera la même : l’appel d’offre doit être suspendu car les trains choisis par Eurostar ne répondent pas aux normes de sécurité du tunnel sous la Manche.

Comme l’annonce 20 minutes, l’argument juridique en lui-même est probablement contestable. Les normes de sécurité sous le tunnel sont en effet amenées à changer et il est donc naturel que Alstom comme Siemens aient anticipé ce changement de réglementation dans leurs offres. Toutefois, comme je l’indiquais dans mon dernier commentaire de cette affaire, l’objectif est autre. Il s’agit de fragiliser la position de Siemens et de permettre ainsi un retour éventuel dans la course d’Alstom.

C'est d'ailleurs également ce qu'affirme la compagnie franco-anglaise Eurostar, qui déclare que "Alstom, comme Siemens, a proposé un train à motorisation répartie en réponse à cet appel d'offre", avant d'ajouter que "Eurostar croit fermement que ce recours a pour unique objectif de retarder la finalisation du contrat"[Note3] .

Une subtile, mais risquée, stratégie juridique du gouvernement doublée d’une stratégie judiciaire d’Alstom, doublée d'un soupçon de protectionnisme…

Plus d’informations sur la stratégie juridique européenne : http://legalstrategy.canalblog.com

Restez informé : inscrivez-vous à la newsletter

Olivier BEDDELEEM

Enseignant-chercheur à l’EDHEC Business School

beddeleemo@gmail.Com

[Note1] Gilles Wallon, "Le duel du tunnel sous la Manche", 20 minutes, 21 octobre 2010, p13

[Note2] http://legalstrategy.canalblog.com/archives/2010/10/15/19334274.html

[Note3] "Alstom porte la bataille contre Siemens devant la justice", Nord Eclair, 21 octobre 2010, p40

Alstom-Siemens : when legal strategy becomes judicial strategy

In « the duel of the tunnel under the Channel », « Alstom starts war » [Note1]

On this blog, I spoke a few days ago about Eurostar’s decision to conclude a 600 million Euros contract with Siemens for the provision of ten new, modern, bigger and faster trains, to drive from London to Koln, Amsterdam of Marseille [Note2].

I also explained that this decision, which takes place together with the opening of the market of train transportation and the end of SNCF’s monopoly in France, had let to a clear reaction of Dominique Bussereau, France’s Secretary of State for Transport.

After the declaration of the French government and the legal strategy consisting in arguing that the contract was “null and void” because Siemens’s train does not meet safety norms, Alstom takes the action and now uses judicial strategy to meet its objective, asking for the suspension of the public offer to the London High Court of Justice. The argument will be the same : The public offre is void as trains chosen by Eurostar don’t meet safety criteria to be run under the Channel.

As the « 20 minutes » newspaper tells, the legal argument is probably challengeable. Safety norms under the Channel are going to be revised and it is therefore natural that both Alstom and Siemens anticipate this change in their offer. However, as I argued in my last comment, Alstom may have another objective. It is to make Siemens’ position less secure, and allow a possible come back of Alstom in the game.

It is also what Eurostar says; that “Alstom, as well as Siemens, proposed a train with shares motorization as an answer to this public offer”, before adding “Eurostar is firmly convinced that this claim’s sole aim is to delay the conclusion of the contract [Note3]

A subtle, but risky, legal strategy by the French government and judicial strategy by Alstom, added to a possible protectionism…

More information about Legal strategy in Europe : http://legalstrategy.canalblog.com

Keep informed : register for the newsletter

Olivier BEDDELEEM

Research-lecturer at EDHEC Business School

beddeleemo@gmail.Com

[Note1] Gilles Wallon, "Le duel du tunnel sous la Manche", 20 minutes, 21 octobre 2010, p13

[Note2] http://legalstrategy.canalblog.com/archives/2010/10/15/19334274.html

[Note3] "Alstom porte la bataille contre Siemens devant la justice", Nord Eclair, 21 octobre 2010, p40