"Prendre des parts de marché et faire scandale. Telle est la recette de Ryanair, dont le trafic continue à progresser malgré la crise" [Note1]. C'est en ces termes que Le Figaro décrit la stratégie de Ryanair.
Il faudrait peut-être la corriger par ces termes : "Faire scandale et donc prendre des parts de marché".

Car la compagnie aérienne a fait de la stratégie juridique sa spécialité.
La stratégie de la compagnie consiste à se situer systématiquement aux frontières de la légalité, sans jamais ouvertement dépasser le ligne rouge. Comme l'indique John Fingleton, le patron de l'Office of Fair Trading anglais, la compagnie se situe toujours "dans la zone grise de la légalité"

Cette stratégie s'avère souvent payante.
Parfois, elle se solde par une condamnation, comme lorsque la compagnie déclare son personnel en Irlande à des fins fiscales.
Souvent, les fait ne sont pas suffisamment établis pour permettre une condamnation, ce qui profite à Ryanair.
Tel est le cas dans cet article du changement de prestataire bancaire de Ryanair. Alors qu'il avait un partenariat avec Visa Electron qui permettait aux clients de ne pas payer de frais d'achat, le transporteur a changé de prestataire pour Mastercard prepaid, conduisant les clients Visa à payer un surcoût de 5 livres par achat.
Ni vraiment illégal, ni totalement moral, le comportement de la compagnie est dans tous les cas réellement profitable.

Un habile management du risque juridique dans tous les cas jusque maintenant.

Plus d'informations sur la stratégie juridique des entreprises : http://legalstrategy.canalblog.com

 

© Olivier Beddeleem, enseignant-chercheur à l'ISEG, beddeleemo@gmail.com

 

For educational use only



[Note1] "Ryanair épinglé", Le Figaro, économie,5 janvier 2010, p17