Lille Place Financière invitait ce mardi 16 juin 2009 le responsable de l'actionnariat salarié du groupe Auchan.

Son propos était passionnant et très éclairant sur la politique des gouvernements successifs depuis une dizaine d'années sur le thème de l'intéressement, de la participation  et de l'actionnariat salarié. je consacrerai un billet à l'analyse de cette conférence. 

Durant cette présentation, Monsieur Salembier a présenté comme l'un des principes de la relation sociale dans l'entreprise la Pyramide de Maslow, qui classe les besoins des individus en besoins physiologiques, besoins de protection, besoin d'appartenance, besoin d'estime, et besoin d'accomplissement personnel.

Cela amène une réflexion sur la politique de rémmunération des entreprises, et notamment sur les bonus. Beaucoup de choses ont été écrites sur les bonus et accessoires de la rémunération des patrons et cadres dirigeants des grands groupes, mais peut d'analystes ont envisagé la question sous l'angle des besoins.

Une étude réalisée par une collègue de l'ISEG démontre que la rémunération des dirigeants d'entreprises cotées au CAC 40 se répartit entre 1/4 de rémunération fixe, 1/4 de stock option et 1/2 de bonus. Le problème de cette structure de rémunération est que sur plusieurs années, le dirigeant va adapter son rythme de vie à une rémunération moyenne quatre fois supérieure à sa rémunération de base. Dans ces conditions, la perception du bonus ou des stock option deviendra un élément essentiel de sa rémunération. Plutôt que de constituer un surplus qui récompenserait une année d'efforts, cette rémunération deviendrait fondamentale pour le dirigeant, qui pourrait adapter son comportement de dirigeant au maintien de sa rémunération personnelle. Son intérêt personnel pourra alors aler à l'encontre de l'intérêt de l'entreprise...

Plus d’informations sur la stratégie juridique des entreprises : http://legalstrategy.canalblog.com

© Olivier BEDDELEEM, enseignant-chercheur à l’ISEG, beddeleemo@gmail.com

For educational use only

(c) Olivier BEDDELEEM,