La direction d'une entreprise porte son lot de responsabilités, qui sont le pendant de la rémunération accordée.

Jusque maintenant, cette responsabilité se manifestait dans l'esprit du public par le fait que si un dirigeant avait commis un erreur, il devait immédiatement être sanctionné par une révocation, comme ce fut le cas à la fin de 2008 pour les dirigeants d'entreprises financières qui avaient fait preuve d'impudence.

Toutefois, on oublie souvent que diriger une entreprise entraîne également des responsabilités pénale ou financière individuelles pour le dirigeant. Le dirigeant d'une entreprise peut être poursuivi pénalement pour avoir exposé ses salariés à un risque sanitaire, tel que la présence d'amiante dans un bâtiment. Il peut également avoir à payer lui-même les conséquences d'une publicité mensongère ou d'une fraude.

Voici une autre illustration de la responsabilité personnelle du dirigeant, qui celle-ci devrait secouer la planète des dirigeants d'entreprises. Le 3 décembre 2008, le dirigeant de Rhodia, Jean-Pierre Clamadieu, a été condamné à rembourser à sa société, sur ses deniers personnels, le parachute doré qu'il avait accordé au précédent dirigeant, Jean-Pierre Tirouflet, pour un montant de 2,1 millions d'Euros ! [Note 1]

Au delà de cette décision de justice, dont Monsieur Clamadieu a bien entendu interjeté appel, se pose de nouveau la question de la place du droit dans la stratégie de rémunération de l'entreprise, qui mèle le souci d'attirer les dirigeants et de les fidéliser d'une part, et le management du risque juridique lié à ces techniques de fidélisation d'autre part.

Dans cette affaire spécifiquement, il est certain que le fait de rendre celui qui accorde le parachute doré personnellement responsable aura bien plus d'impact que si c'est l'entreprise qui était condamnée ou que si on condamnait l'ancien dirigeant à rembourser la somme indûment perçue... Il est à ce titre intéressant de constater que le mouvement actuel a conduit à un réel changement de comportement des entreprises françaises et a conduit à de nouveaux modes de rémunération, tel que le montage mis en place par le nouveau dirigeant de la Société Générale, Frédéric Oudéa [Note 2].

[Note 1] http://www.lesechos.fr/info/industrie/4809008.htm?xtor=RSS-2094

[Note 2] http://www.lesechos.fr/info/industrie/4809008.htm?xtor=RSS-2094

(c)  Olivier BEDDELEEM, enseignant-chercheur à l'ISEG, beddeleemo@gmail.com

For educational use only